PhotoPhotoPhotoPhoto
Oeuvres Sociales

Longtemps reléguées au second plan au profit de la mission première de l’Eglise qui est l’évangélisation, les œuvres sociales font, ces dernières décennies, l’objet de l’attention et de l’implication de l’Eglise des AD  du Togo. Beaucoup d’efforts sont consentis pour relever le défi dans tous les domaines : éducation, santé, développement socio-économique, finances, etc.

1.    L’éducation : les Ecoles et Collèges

1.1.    Les écoles
La toute première école des Assemblées de Dieu du Togo fut celle de Bassar, ouverte en 1960. Au début ce fut un centre artisanal dirigé par le missionnaire américain Wakefield. A son départ le centre fut transformé en école primaire. La population de Bassar l’a surnommée jusqu’à ce jour « American School ». La deuxième école fut celle d’Asrama (dans le Haho) en 1969.
Les écoles qui ont suivi ont vu le jour sous la direction du Rév. BEMOU Yéropa. Elles ont souvent été l’initiative des pasteurs affectés dans des milieux où le besoin d’éducation se posait. Les écoles de Karsome (Dapaong) et de Kamé (Haho) ont vu le jour au début des années 80 ; celles de Lomé II et de Korbogou en 1979 et celle de Dapaong-ville en 1995. Précisons que l’école de Korbongou était une résidence construite par Brown qui a été transformée en école par la suite. A partir de 1990, d’autres écoles vont s’ouvrir ici et là à travers tout le pays pour répondre aux besoins sur le terrain. A ce jour, les Assemblées de Dieu du Togo comptent 32 écoles réparties sur l’ensemble du territoire.

1.2.    Les Collèges
L’ouverture des collèges (2ème  degré) s’est faite très tardivement, à partir des années 2000. On dénombre aujourd’hui 10 collèges d’enseignement général.
-    Les collèges de Hahotoé dans le Vo et de Siyime dans le Haho ont vu le jour sous la direction du Rév. BEMOU Yeropa.
-    Ceux de Kara, Dapaong, Sokodé, Notsé, Tohoun, Elavagnon (Est-Mono), Kamé (Haho) furent ouverts sous l’ex-Directeur National, le frère Bachirou GBADAMASSI.
Le collège de Kamé a dû fermer ses portes à la rentrée 2009 – 2010, faute d’effectif.

1.3.    Fonctionnement et administration

Le Rév. BEMOU Yeropa a assumé la responsabilité de Directeur National des Ecoles jusqu’en 2001. Il était assisté de Monsieur Bachirou GBADAMASSI, Conseiller Pédagogique d’Etat. De 2001 à 2007, Monsieur GBADAMASSI prit la Direction Nationale des Ecoles. Depuis 2008, le Rév AGNIGBA Koffi est à la tête de ce département.
L’ouverture des écoles et collèges se fait grâce aux efforts des églises locales, appuyées par l’Eglise nationale. Mais les infrastructures modernes sont souvent financées par les ONG de l’Eglise, tel que le PMU InterLife.

2.    Les ONG (Organisations Non Gouvernementales)

Les Organisations Non Gouvernementales (ONG) constituent un autre volet des œuvres sociales au sein de l’Eglise des AD du Togo. L’Eglise dispose de deux ONGs : l’Organisation pour le Développement Intégral de l’Homme (ODIH) et le PMU InterLife. Ces deux organisations sont très actives dans des domaines variés : eau et assainissement, lutte contre le VIH-SIDA, formation, développement organisationnel, lutte contre la pauvreté, etc.

2.1.    L’Organisation pour le Développement Intégral de l’Homme (ODIH)

L’Organisation pour le Développement Intégral de l’Homme (ODIH) a vu le jour en 1994. Ce fut une vision partagée et soutenue par le Rév. DJALLA Banako qui dirige l’ONG depuis lors. A travers cette organisation, l’EADT s’est lancée aux côtés de l’Etat togolais dans la lutte contre la pauvreté. La mission de l’ODIH est de promouvoir le développement local et intégral par un appui et un suivi rapproché, avec l’initiative et la participation communautaire.

2.1.1.    Les Programmes de l’ODIH

Depuis plus d’une décennie, l’ODIH travaille sur 04 programmes de développement.

2.1.1.1.     Programme ODIH-EAU
Ce programme vise à apporter de l’eau potable aux villages défavorisés et à améliorer la santé des populations ciblées. Depuis 2000, 90 puits à grand diamètre ont été construits pour au moins 90 communautés rurales. Les forages de puits sont accompagnés de sensibilisation, de formation et d’éducation des bénéficiaires en matière d’hygiène et d’assainissement.

2.1.1.2.      Programme ODIH-ASSAINISSEMENT
Le programme ODIH-Assainissement veut contribuer à l’élimination de la pollution de l’eau liée au péril fécal dans les milieux ruraux et périurbains du Togo. Pour ce faire, l’ODIH a opté pour les latrines familiales du type ECOSAN (Ecological Sanitation). Depuis 2006, 140 latrines ont été construites pour 140 ménages dans 4 communautés défavorisées.

2.1.1.3.     Programme ODIH-SIDA
En matière de lutte contre la pandémie du VIH/SIDA, l’ODIH-SIDA privilégie le côté préventif tout en donnant un soutien spirituel, moral et financier au PVVIH (Personnes vivant avec le VIH). Le programme met un accent particulier sur le soutien et l’insertion sociale des orphelins du Sida.

2.1.1.4.      Programme ODIH-Micro-crédit
Ce programme a démarré à partir de 2007. Il intervient dans la formation des femmes en gestion de petites unités de production (ou AGR) et dans l’octroi des microcrédits.

2.1.2.    Projets ou perspectives d’avenir

2.1.2.1.     L’Agriculture
L’ODIH a en projet la mise en place d’un vaste programme d’appui aux agriculteurs pour le développement de l’agriculture.

2.1.2.2.     Lutte contre la déforestation et les changements climatiques
Ce projet repose sur le reboisement et la rationalisation de l’exploitation du charbon de bois par le transfert de technologie.
D’autres domaines d’intervention sont assurés par le PMU InterLife.

2.2.    EADT/PMU InterLife

2.2.1.    Historique de EADT/PMU InterLife
Le PMU InterLife se définit en suédois comme Pingstmissionens U-landshjälp (Mission Pentecôtiste pour le Développement). C’est une Organisation des Eglises pentecôtistes suédoises chargée de la coopération au développement et à l’aide humanitaire.
Le partenariat entre l’EADT et le PMU InterLife remonte à 1996. Suite à une conférence internationale organisée par le PMU InterLife à Yamoussokro en Côte d’Ivoire, et à laquelle participèrent les pasteurs DJAKOUTI Mitré, HANNANI Natani et TOMTANIA Geoffrey, le missionnaire Leif Agnestrand, chef du département de la mission dans l’Eglise Pentecôtiste de Eskilstuna en Suède, Coordinateur International et Directeur Adjoint de PMU à l’époque, visita le Togo. Après cette visite, l’Eglise togolaise reçut des aides non formalisées ou sporadiques ayant servi à la couverture d’une école primaire et à l’organisation de séminaires de formation des enseignants.
En 1998, le PMU InterLife décida de formaliser ses actions en direction de l’EADT. Elle finança alors un programme de développement couvrant des secteurs divers pour une période de 3 ans. Aujourd’hui le travail évolue et couvre des secteurs les plus diversifiés.
Le bureau actuel du PMU InterLife est composé de 7 personnes, dirigé par le frère Roger GOEH-AKUE.

2.2.2.    Les projets réalisés par EADT/PMU InterLife

Depuis sa mise en place, EADT/PMU InterLife a réalisé plusieurs projets et d’autres sont en cours de réalisation.

2.2.2.1.     Le Centre de formation de Sada à Atakpamé
Ce projet a pris fin depuis novembre 2002. Son objectif global était de donner un appui à la formation dans divers domaines. Ce projet a permis de realiser plusieurs infrastructures à l’IBT de Sada : un bloc administratif plus bibliothèque, deux salles de classe, deux dortoirs et deux résidences pour professeurs, un jardin d’enfants, etc.
2.2.2.2.     La formation des formateurs des enfants et des jeunes du Togo.
Ce projet a été réalisé entre 2006 et 2008. Son objectif était d’assurer un excellent avenir aux enfants et aux jeunes de l’Eglise. Des séminaires de formation et des sensibilisations ont été organisés. Le projet a également imprimé de la littérature et du matériel didactique pour l’éducation des enfants et des jeunes : L’enfant, le jeune et le SIDA ; la psychologie de l’enfant ; le droit de l’enfant ; guide de pédagogie pour les leaders des enfants et des jeunes.

2.2.2.3.     L’éducation de base des enfants en général et des filles en particulier
Exécuté entre 1999 et 2008 en trois phases, ce projet visait à soutenir la scolarisation des enfants en général et des filles en particulier. Il a permis les réalisations suivantes :
-    La construction des infrastructures scolaires modernes.
-    La formation des enseignants et autres acteurs du projet
-    L’octroi de microcrédits et initiation d’AGR
-    L’octroi de bourses d’étude aux élèves
-    Etc.

2.2.2.4.     Le Développement Organisationnel de l’EADT
Réalisé entre 2006 et 2009, le but de ce projet était de permettre à l’Eglise de mettre sur pied un organe efficace et solide capable de travailler au sein de la Nation pour influencer la société civile. Pour atteindre ces objectifs, EADT/PMU InterLife a organisé des séminaires nationaux de formations d’un noyau de 70 personnes et des séminaires mobiles de transfert de connaissance à la base lors des pastorales ou autres rassemblements d’envergure.
2.2.2.5.    2.4 La lutte contre le VIH/SIDA (phase 1 et 2)
Ce projet vise à ralentir, voire freiner la progression de la maladie au sein de la population. Les actions menées sont : la prise en charge nutritionnelle et médicale  des PVVIH (Personnes vivant avec le VIH), l’assistance psychologique et spirituelle, etc. Le projet comporte deux volets : la prévention et l’encadrement.
Ce projet a aussi permis :
-    La création de 40 cellules antisida de Lomé à Cinkassé.
-    La scolarisation des orphelins du SIDA.
-    L’initiation aux activités génératrices de revenu grâce aux micro-crédits.
-    L’intégration des jeunes filles vulnérables au VIH/SIDA grâce également aux micro-crédits.
Grâce à ce projet, l’EADT est la seule organisation chrétienne au Togo qui a suscité et créé en son sein une association des PVVIH dénommée VAV (Vivre pour aider à Vivre).
2.2.2.6.    2.5 La lutte contre la pauvreté :
Le but de ce projet est le renforcement des capacités des femmes en milieu rural pour le bien-être des enfants, l’amélioration des conditions de vie de la femme en milieu rural  et son intégration dans le processus de développement et de démocratisation de la société. Ce projet a permis aux femmes de s’engager dans des activités génératrices de revenu (AGR) prospères, d’améliorer leur rendement, d’être mieux organisées et de savoir lire et écrire.
La lutte contre la pauvreté et le développement social passent nécessairement par le développement économique. C’est pourquoi l’EADT a créé une institution de micro finance afin d’aider les membres à promouvoir leurs activités génératrices de revenus. Il s’agit de la « Coopérative d’Epargne et de Crédit des Assemblées de Dieu du Togo » (COOPEC-AD).

3.    La Micro finance : l’UCECAD-TOGO
La Coopérative d’Epargne et de Crédit des Assemblées de Dieu du Togo (COOPEC-AD) a vu le jour le 11 juin 1994. Elle est l’initiative du personnel du siège de l’Eglise Nationale (les frères DEKOU Komi, AZIAWA, SOTODJI Yaovi, etc.) et de certains pasteurs en collaboration avec des responsables de la FUCEC-TOGO. L’Assemblée Générale constitutive eut lieu le 17 juin 1995 et un Conseil d’Administration de 7 membres fut élu, présidé par le pasteur AKPO Yao Oloumon. La COOPEC-AD est agréée par le Ministère de l’Economie et des Finances sous le N° T/1/GFLM/0081A suivant l’arrêté ministériel N°089/MEFP/SG/CAG-IMEC du 23 avril 2001.
Au cours de l’Assemblée General du 18 décembre 2010, les participants prirent la décision de devenir un réseau autonome, indépendant de la FUCEC-TOGO. Ce statut est devenu effectif à l’Assemblée Général Constitutive du 18 juin 2011. La COOPEC-AD est donc devenue l’UCECAD-TOGO (Union des Coopératives d’Epargne et de Crédit des Assemblées de Dieu du Togo) et regroupe cinq (5) COOPEC de base : COOPEC-AD GOLFE, COOPEC-AD MARITIME, COOPEC-AD PLATEAUX, COOPEC-AD CENTRALE-KARA, COOPEC-AD SAVANES.
Le Directeur de l’UCECAD-TOGO est le frère AHIANKOU Emmanuel.

3.1.    Objectifs de l’UCECAD-TOGO
L’UCECAD-TOGO a pour objectif de lutter durablement contre la pauvreté au sein des populations en général, et du corps de Christ en particulier. D’une manière plus précise, elle vise à la mobilisation de l’épargne, l’octroi des crédits, la lutte contre le chômage, etc.
A long terme, l’UCECAD-TOGO ambitionne de devenir une véritable micro-banque chrétienne de développement.
3.2.    Les agences
L’UCECAD-TOGO compte actuellement dix-huit (18) agences reparties sur l’ensemble du territoire national : Kodjoviakopé, Bè-Anfamé, Avépozo, Agoè-Nyivé, Agbalépédogan, Bè-Gbényédji, Temple du Calvaire, Tsévié, Tabligbo, Notsè, Assrama, Kpekpleme, Atakpamé, Amou-Oblo, Kpalimé, Sokode, Kara, Dapaong.
Les efforts de développement n’ont pas pour autant occulté la préoccupation pour les couches défavorisées et vulnérables. C’est pour cela que l’Eglise des Assemblées de Dieu du Togo a également créé des centres de réhabilitation des personnes handicapées.

4.    Les centres de réhabilitation
Deux institutions consacrent leurs efforts à la réhabilitation et à l’insertion sociale des personnes handicapées. Il s’agit de l’Ecole des sourds-muets à Lomé (Ephphata) et à Dapaong et du Service de Formation, de Réhabilitation des Aveugles et Autres Handicapés (SEFRAH) à Dapaong.


4.1.    L’Ecole des sourds-muets (EPHPHATA)
Le fondateur de l’Ecole Ephphata, (« ouvre-toi », Marc 7:34) est un Missionnaire Noir Américain du nom de Dr Andrew FOSTER, lui-même sourd, mais non muet. Il fut le Directeur Général de la « Christian Mission for the Deaf » (la Mission Chrétienne pour les Sourds) dont il y avait déjà une branche à Ibadan au Nigeria. Grâce à la liaison du Rév. PASGO Bila entre le gouvernement togolais et la « Christian Mission for the Deaf », l’Ecole Ephphata ouvrit ses portes  le 18 octobre 1976.
4.1.1.    L’Administration de l’Ecole
Au début, Ephphata était administrée par un comité mixte composé des représentants des églises Baptiste, Presbytérienne et Assemblées de Dieu. Ce comité mixte administra l’Ecole jusqu’en 1984, mais pas sans difficultés. Ces difficultés ont contraint le gouvernement togolais à confier la gestion de l’Ecole aux Assemblées de Dieu le 30 mai 1984. Le premier directeur fut PASGO Firmin. L’école est actuellement dirigée par KASSA Akouété Blibo.

4.1.2.    Objectifs d’Ephphata
Pour la Christian Mission for the Deaf, la foi vient en écoutant la Parole de Dieu                            (Rom. 10 :17). De ce fait, Ephphata se fixe les objectifs ci-après :
-    Scolariser les enfants sourds-muets
-    Les amener à pouvoir lire la Bible
-    Les faire former sur le plan professionnel en les envoyant chez les patrons-formateurs en ville, en vue de leur intégration socio-économique

4.1.3.    Financement et fonctionnement
Le financement pour les infrastructures de l’école provient d’horizons divers, institutions et individus : l’’Etat togolais, la CBM (Christoffel Blinden Mission : Mission Chrétienne pour les Aveugles), Anton KLUG (un prêtre allemand), l’Ambassade d’Allemagne au Togo.
Financée au départ à 100% par la CBM (Christoffel Blinden Mission), l’école fonctionne aujourd’hui grâce aux bonnes volontés.
4.1.4.    Les Perspectives d’avenir
Les perspectives de l’EPHPHATA sont, entre autres : l’agrandissement de l’Ecole, l’ouverture des extensions, la prise en charge et la retraite des enseignants, l’intégration des enfants malentendants dans les mêmes structures que les entendants.
Tandis qu’Ephphata s’occupe des handicapés auditifs, le SEFRAH œuvre surtout en faveur des handicapés visuels.

4.2.    Service de Formation, de Réhabilitation des Aveugles et Autres Handicapés (SEFRAH)
L’œuvre de réhabilitation en faveur des aveugles a commencé en 1985 à Yenyanne, (Dapaong). Appelée au départ CFARA (Centre de Formation Agricole et de Réhabilitation des Aveugles), cette œuvre a été possible grâce à un partenariat commencé depuis 1984 entre l’église des Assemblées de Dieu du Togo et la CBM (Christoffel Blinden Mission = Mission Chrétienne pour les Aveugles), une ONG allemande. Le CFARA fut officiellement inauguré le 30 mai 1987 à Yenyanne en présence des membres du Bureau Exécutif de l’Eglise des Assemblées de Dieu du Togo. Le préfet de Tône était représenté par le Délégué Régional de la JRPT.
La Direction fut confiée à un expatrié américain, Paul KEHMEIER assisté, à partir d’août 1987, du frère Henri PASGO. Lorsque Paul KEHMEIER rentra définitivement aux Etats-Unis, l’Allemand Gunther ROLF DIETER prit la direction du CFARA de décembre 1987 jusqu’en janvier 1992. Lorsque Gunther et sa femme rentrèrent en janvier 1992, Henri PASGO devint le Directeur et le centre fut transféré à Dapaong en raison de la création du barrage de Yenyanne.

4.2.1.    Objectifs
Le SEFRAH s’est fixé deux (02) objectifs :
1-    Un objectif spirituel : offrir à chaque personne vivant avec un handicap l’opportunité d’entendre la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ.
2-    Un objectif social : assister les personnes vivant avec un handicap pour leur permettre de s’épanouir et de mener une vie normale en dépit de leur handicap.

4.2.2.    Du CFARA au SEFRAH
Le CFARA avait fonctionné sur une base institutionnelle : tout se faisait au Centre au profit des aveugles et l’offre était purement agricole, couplée d’artisanat. Mais à  partir de 1995, CFARA va devenir SEFRAH (Service de Formation, de Réhabilitation des Aveugles et Autres Handicapés). Les handicapés visuels ne seront plus les seuls à être pris en charge. Le service s’occupera également des handicapés moteurs, auditifs etc. De plus, le travail se fera désormais, non plus à base institutionnelle mais à base communautaire, et les services seront diversifiés.

4.2.3.    Les Domaines d’Intervention du SEFRAH

4.2.3.1.     L’Education Intégrée
L’éducation intégrée est destinée à tous les exclus du système ordinaire, c’est-à-dire les  malvoyants, les malentendants, etc. Au total, 285 élèves aveugles et sourds vivent présentement dans le système de l’éducation intégrée tandis qu’une centaine d’autres ont déjà embrassé des activités diverses. Ce système a permis à un aveugle d’obtenir son BAC II.

4.2.3.2.     La santé
En matière de santé, le SEFRAH intervient en ophtalmologie, en kinésithérapie/ orthopédie et en santé mentale.
-    En ophtalmologie le Service a contribué à soigner près de 50 000 personnes et opérer près de 5000 autres.
-    En kinésithérapie, plus de 2500 handicapés ont bénéficié de son assistance et 300 autres en opérations orthopédiques. Les handicapés moteurs sont conduits dans les services orthopédiques étatiques après les préliminaires au centre.

-    En ce qui concerne la santé mentale, près de 1000 personnes (épileptiques et autres) ont été pris en charge et ont reçu des soins.

4.2.3.3.     Le domaine socio-économique
Dans le domaine socio-économique, le SEFRAH a contribué à donner une formation professionnelle à 3500 handicapés en vue de leur autonomie financière et de leur intégration sociale. pour ce faire, le service octroie des crédits aux groupements de handicapés. Quand un groupement arrive à rembourser son crédit, il est alors économiquement et socialement intégré.

4.2.4.    Fonctionnement et administration
Le SEFRAH est coiffé par un directeur, assisté de 4 superviseurs. Il est administré par un comité Directeur composé comme suit :
-    3 Pasteurs A/D dont l’un est le Président du Bureau d’Administration
-    Le Directeur Régional des Affaires Sociales
-    Le Directeur Régional de l’Education
-    Le Directeur Régional de la Santé
-    Un Représentant de la Marie
-    Le Chef du Canton de Dapaong
-    Un Représentant des non voyants formés par SEFRAH
-    Un Représentant des handicapés moteurs formés par SEFRAH.
Le SEFRAH fonctionne grâce au Christoffel Blinden Mission, aux subventions de l’Etat, aux subventions de l’Eglise Nationale, à la fondation Liliane et aux fonds propres du SEFRAH.
En dehors de ces institutions qui appartiennent à l’Eglise Nationale, d’autres projets œuvrant parmi les personnes vulnérables et en difficultés sont pilotés par des individus, pasteurs ou laïcs.

4.3.    Le Centre Bethesda de Réhabilitation des Aveugles (CBRA)
Le Centre Bethesda de Réhabilitation des Aveugles (CBRA) est basé à Bassar, dans la préfecture de Bassar. Il fut officiellement inauguré le 4 septembre 1988 en présence des préfets de Bassar et de Dankpen et du Président National, le Rév. DJAKOUTI Mitré qui ne manqua pas de remercier, au nom de l’Eglise des Assemblées de Dieu du Togo, les partenaires du centre, World Vision et la Société International de Linguistique (SIL). Le premier directeur fut le frère NABINE Samuel. Il fut succédé par le frère NABINE Pierre.
Le CBRA comprend aussi les projets tels que :
-    une ferme d’élevage de petits ruminants
-    un barrage pour la pisciculture financé par l’Ambassade de France et inauguré en présence de l’Ambassadeur de France au Togo.

Le centre sera plus tard transformé en centre de santé.


5.    Les Projets pilotés par des pasteurs et laïcs de manière autonome.

Deux projets sont concernés par ce statut : le Centre Humanitaire pour le Bien-être des Enfants Délaissés (CEHBED) et le Mond’Action – Togo Solinyogobu (MA-TS).

5.1.    Le Centre Humanitaire pour le Bien-être des Enfants Délaissés (CEHBED)

Le Centre Humanitaire pour le Bien-être des Enfants Délaissés (CEHBED) est un orphelinat qui a vu le jour le 1er novembre 2000 grâce à son Directeur Fondateur MAWUSSI Célestin avec la collaboration du bateau « Mercy Ship », par l’entremise du Président National de l’Eglise des Assemblées de Dieu du Togo, le Rév. DJAKOUTI Mitré. Il a pour mission de récupérer les enfants orphelins, délinquants, drogués, etc. en vue de promouvoir leur développement socioculturel. Le siège du CEHBED est à Adéticopé depuis le 06 juin 2009.
L’effectif du centre s’élève actuellement à 68 enfants et adolescents, dont 52 sont inscrits dans les écoles environnantes. Les autres sont placés en apprentissage (couture, soudure, tapisserie, électronique, mécanique, sculpture) auprès des patrons ayant accepté de les former gratuitement.
Le CEHBED fonctionne grâce au soutien de Mercy Ship, l’AMI, le Ministère des femmes des Assemblées de Dieu du Togo, et des bonnes volontés.

5.2.    Mond’Action – Togo Solinyogobu (MA-TS)

Mond’Action Togo Solinyogobu est une ONG (Organisation Non Gouvernementale) qui a été portée sur les fonds baptismaux le 31 mars 2002 grâce au Rév DONSO Kossi. Elle est basée à Sokodé et constitue une antenne de Mond’Action France (MAF), dont le siège se trouve à Boé (France).
La mission de Mond’Action Togo Solinyogobu est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des enfants orphelins et des enfants défavorisés. Son financement provient des dons individuels et de diverses subventions des administrations françaises (dont le FSD de l'Ambassade de France) et de bonnes volontés à travers des programmes de parrainage.
Outre le spirituel et le social, la santé occupe aussi une place importante dans les œuvres sociales des Assemblées de Dieu du Togo. L’Eglise apporte sa contribution dans ce domaine à travers ses Centres Médico-sociaux.

6.    Les Centres Médico-sociaux

Les centres médico-sociaux ont commencé dans les années 90. Depuis lors, l’EADT compte au moins quatre centres opérationnels et un centre en construction. D’autres centres de santé sont en projet. Tous ces centres sont regroupés sous une seule coordination, le Service Médical des Assemblées de Dieu (SMAD), et supervisés par le Professeur ADJENOU Victor.

6.1.    Le centre  de  santé  de  Kamé
Créé le 13 février 1995, le Centre de Santé de Kamé (Préfecture du Haho) est l’œuvre de l’Eglise Nationale  pilotée par le Rév. DJALLA Banako et  du Rév. BEMOU Yéropa. Il était entièrement soutenu par la missionnaire américaine Ross Audrey jusqu'à son départ en 2006.
Le village de Kamé est un village pratiquement acquis aux Assemblées de Dieu. En plus de l’Ecole, l’Eglise Nationale, toujours dans sa vision holistique, a jugé bon d’y ouvrir aussi un Centre de Santé, dont l’objectif est de venir en aide à la population sur le plan de la santé.

6.2.    Le Centre  Médico-social Jérusalem (CMS-J) à Agbalepedogan (Lomé)

Au temps du Rév. MAWUSSI Togbui, premier pasteur de l’Eglise  d’Agbalépédogan, le Temple Jérusalem disposait d’une boîte à pharmacie afin de donner des soins d’urgence aux enfants. La vision d’ouvrir un centre médico-social naquit avec le Rev. ANANI Kodjovi Gaston, nouvellement affecté dans cette église. Dès sa première rencontre avec le comité de l’église en septembre 1998, il introduisit l’idée de la création d’un centre médico-social.
La vision se concrétisa et le centre ouvrit ses portes  le 1er juillet 2000. Le pasteur ANANI consentit d’énormes efforts pour le développement du centre jusqu'à son affectation en août 2004. Le centre dispose aujourd’hui d’un bâtiment à trois niveaux avec une vingtaine de salles et plus de quarante (40) agents.

L’objectif principal du Centre Médico-social Jérusalem est, entre autres, de dispenser des soins de qualité à moindre frais (soins préventifs, curatifs et diagnostics de certitude ou analyses médicales) et de soutenir l’œuvre missionnaire. Pour ce faire, le centre offre les services suivants : Consultations générales, accouchement, diagnostics de certitude ou analyses médicales, vaccination, pharmacie, petite chirurgie, etc.

L’actuel Directeur du centre est le Rév. Paul Natani HANNANI. Le centre envisage de devenir une clinique avec des unités de soins spécialisées (pédiatrie, ophtalmologie, imagerie, etc.).

6.3.    Le Centre Médico-social Eben-Ezer de Djidjole (Lomé)

Le Centre Médico-Social Eben-Ezer de Djidjolé fut une initiative du Conseil  des Hommes de ladite église et approuvée par l’ensemble de l’église. Elle fut inaugurée en avril 2002 sous le pasteur ANANI Kodjo Martin.

Les objectifs du CMS EBEN-EZER sont les suivants :
-    Soigner la population à frais réduits
-    Prêcher surtout l’Evangile Holistique
-    Résorber le chômage
Le financement du Centre provient entièrement de l’église. Il concerne entre autres, la location du bâtiment, l’équipement (lits, tables, chaises..) et tout le matériel de travail. Au sujet du fonctionnement, l’église y a participé au début. Mais bien avant 2006, le Centre est devenu entièrement autonome. Au jour d’aujourd’hui, le personnel se compose de 24 agents permanents sous la supervision d’un médecin. L’actuel Directeur du centre est le Rév. ADADE Ayi.
Les services rendus relèvent de la Médecine générale : Consultation, diagnostic de certitude (analyses médicales), petite chirurgie, accouchement, vaccination, pharmacie, prise en charge des PVVIH, etc. En dehors des nombreux services rendus à la population, ce qui réjouit le plus, sont les nombreuses conversions enregistrées.

Au nombre des perspectives d’avenir sont : le recrutement d’un médecin permanent, l’ouverture d’autres CMS dans la banlieue de Lomé. Le centre ambitionne de devenir aussi une clinique avec des services spécialisés.

6.4.    Service de santé des Assemblées de Dieu de Nadoba, préfecture de la Kéran

Le Service de Santé des Assemblées de Dieu de Nadoba, en pays Temberma dans la préfecture de la Kéran, a commencé en 1997 avec la Sœur Ross Audrey, missionnaire américaine. Le service a été étendu aussi aux églises annexes de Pimini et de Koutapa, où des soins primaires sont offerts. La sœur Audrey allait aussi de village en village, rassemblant les populations pour des soins primaires.
L’objectif principal de ce service est de prêcher l’Evangile holistique, qui prend en compte les besoins spirituels, physiques et matériels de l’homme. La sœur Audrey était assistée, à partir de 1998, par le pasteur TATA Fanti en poste à Nadoba.
Le service de santé de Nadoba a permis de gagner des âmes pour Christ dans un milieu résistant et fermé à l’Evangile, et d’implanter des églises à Pimini et à Koutapa. Ces églises ont été électrifiées grâce au système d’énergie solaire. L’œuvre de Audrey a aussi permis la création des clubs bibliques dans les écoles, un centre de loisirs, une bibliothèque, un terrain de football et de Volley-ball, des cours d’Anglais et de dactylographie. Un domaine d’un hectare fut acheté pour des projets futurs.
Mais les activités du service ont été suspendues depuis l’admission à la retraite et le départ de la sœur Audrey en 2006.

6.5.    Le projet d’ouverture d’une clinique par le Temple du Calvaire
Le Temple du Calvaire disposait, déjà au temps du Pasteur TOMTANIA,  d’un Centre Médico-social. Sous l’impulsion du Rev. DJAKOUTI Mitré, l’actuel pasteur titulaire, le projet d’une clinique a vu le jour. Un domaine de deux lots est acheté à Agoè-Kové, à une quinzaine de Kilomètres de la ville de Lomé. La première pierre fut posée en 2004 par le pasteur DJAKOUTI.
Comme toutes les œuvres sociales de l’Eglise, l’objectif de ce projet est de prêcher l’Evangile holistique, c’est-à-dire de prêcher l’Evangile tout en donnant des soins à frais réduits aux malades. Presque tous les services médicaux sont prévus : Médecine Générale, maternité, pédiatrie, chirurgie, traumatologie, ophtalmologie, etc.
L’ensemble des œuvres sociales sont placées sous le département national des Œuvres Sociales dont le Rév. DJALLA Banako est l’actuel directeur national. En s’investissant dans l’humanitaire, l’EADT veut faire des œuvres sociales, l’associée  de sa mission traditionnelle d’évangélisation.
Si certaines œuvres sociales s’autofinancent, d’autres sont financées grâce aux relations avec des partenaires à l’extérieur.

Share/Save/Bookmark
 

Newslletter







Contact Information

Eglise des Assemblées de Dieu du Togo.
Siège Social: 173, Avenue du Duisburg
BP: 2527 Lomé-Togo
Tél: +228-22-21-30-36 / 22-21-48-58
Fax: +228-22-20-19-14
Email:info@eadtogo.org