mercredi, 05 décembre 2018 12:01

L’ONG ODOS et ses Partenaires renforcent leurs capacités

 

 

 

Les membres des bureaux exécutifs des Eglises et organisations, les coordinateurs de projets et les chefs de projet des organisations locales, partenaires de PMU Interlife, basés au Bénin, Burkina Faso, Mali et  au Togo, les Eglises partenaires  suédoises  et les représentants de PMU venus de la Suède, ont participé à un séminaire international du 26 au 30 novembre 2018, à Lomé. Organisé par l’Office de Développement et des Œuvres Sociales (ODOS), ce séminaire vise à renforcer le partenariat entre PMU interLife et les églises partenaires locales en Suède et en Afrique de l’Ouest.

« Nous pensons que l’église est la clé pour changer la société parce qu’elle travaille énormément et que des gens écoutent les pasteurs. Nous sommes sur la base de changer le monde. C’est le rêve que nous avons. Nous sommes très heureux et fiers de coopérer avec quelques grandes églises et mouvement d’églises qui sont là » a  confié. Niclas Lindgren, Directeur PMU interLife,  l’Eglise est un vecteur de changement

Selon le Coordonnateur de ODOS, Roger Goeh-Akue, les partenaires de la sous-région ont œuvré ensemble avec les correspondants de la Suède. « Ils se sont penché sur le partenariat qu’il y a entre nous depuis plus de 20 ans déjà, et ont travaillé à renforcer ce partenariat pour pouvoir le repositionner par rapport aux défis de l’heure. Nous sommes dans les Objectifs du Développement Durable (ODD) maintenant, il va falloir voir quelle orientation allons-nous donner à ce partenariat », a-t-il souligné. « Nous sommes la branche sociale de l’Eglise, apportons aussi le bien-être social. Nous avons travaillé une semaine à réfléchir sur comment renforcer le partenariat pour mieux faire et être plus efficace sur le terrain », a-t-il poursuivi.

Plusieurs activités ont  meublé  la rencontre dont entre autres  des communications sur les études faites dans la sous-région par rapport aux défis du développement social et  des travaux en groupe. « Nous nous sommes  penché sur une programmation de vision sur les 4 et 5 ans à venir. Les résolutions prises permettront de développer des projets qui vont commencer en 2020 », a informé Roger Goeh-Akue.